top of page
  • virginiland

Je rêve...

Récemment, je suis tombée de ma hauteur, sur les fesses. Une belle chute qui m'a laissée un goût... cuisant, le genou légèrement piquant et, finalement, le coccyx fêlé. Après avoir constaté que « ça fait mal ! », j'ai réalisé que ce n'était pas le moment de faire n'importe quoi. J'avais alors un défi sportif qui m'attendait. Et pas des moindres : courir le marathon de Paris !





Je me suis donc dit qu'un petit massage de récupération ne pourrait pas me faire de mal.


Discutant avec la masseuse, dans une ambiance matinale feutrée propice aux confidences, je me suis laissée allée... Et alors qu'elle me demande ce que je fais dans la vie, je lui réponds spontanément que « je rêve ». Avant de me reprendre et de m'expliquer. Pas question de passer pour une bulleuse qui regarderait la vie passer en la rêvant (même si je n'ai absolument rien contre les personnes qui regardent leur vie passer en la rêvant...). Je lui explique donc, dans les grandes lignes, que je suis auteure et éditrice, et que je rêve de vivre de ces activités qui m'épanouissent.


Ce à quoi elle répond que je mets des choses en place, que je ne fais pas que rêver. Et ce à quoi je rétorque que oui, bien sûr, j'agis. Je ne reste pas à attendre que les choses se fassent toutes seules, sans moi.


Mais quand même, j'insiste, « je rêve ». Et elle de rire, amusée et inspirée aussi je crois, « vous rêvez, c'est bien... ».


Et oui, je rêve. Je ne peux pas m'en empêcher. Je rêve, et mes rêves sont si forts, si présents, qu'ils deviennent un peu plus réels chaque jour. Qu'ils prennent forme et qu'ils prennent corps progressivement, discrètement, mais assurément.


Et c'est ça finalement je crois, la clé des rêves : les nourrir et les faire grandir jusqu'à ce qu'un jour, ils franchissent le rideau. Parce qu'entre rêve et réalité, ce n'est qu'une histoire de conviction, d'intention, d'émotion en somme.


Et si la réalité n'était rien d'autre qu'une illusion ? Et si nos rêves étaient en revanche, eux, bien réels ?


Et si ma douleur au coccyx me montait à la tête ?


Quoi qu'il en soit, je rêve : des petits rêves, des plus grands. Des lointains, des présents.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page