top of page
  • virginiland

Huit ans

On dit souvent que la vie, c'est ce qui se passe en dehors du prévu et du prévisible. Mais certaines choses, certains événements, sont prévus, sont dans l'ordre des choses. C'est comme ça, c'est la vie et c'est parfait ainsi.


Sauf qu'on a beau savoir que ces « certaines choses » vont arriver, on a beau les attendre comme une échéance inévitable et naturelle, n'empêche que ça met un sacré coup quand elles se pointent !






C'était il y a presque huit ans. Mon « petit » prenait le chemin de l'école accompagné de son cartable à roulettes Spiderman, et de sa grande sœur de sept ans. Je m'en souviens comme si c'était hier (et au moment où j'écris ces mots, je me rends compte que je suis définitivement passée dans l'autre camp, celui des vieux aux yeux des jeunes quoi ! ). Son visage poupon et ses doigts encore potelés (si si je vous jure !) agrippés fièrement à la poignée du cartable, sa démarche aussi volontaire et téméraire que pas totalement assurée.


Et sa sœur ! La grande sœur excitée à l'idée de montrer le chemin à son frère.


Huit années et autant de moments mémorables. De souvenirs inoubliables. De sourires irrésistibles. De rires à n'en plus finir. De crises et de larmes à faire se fissurer mon cœur de maman. De cris et de colères à faire exploser mes tympans.


Combien de remises en question et d'interrogations pour savoir si j'étais une bonne mère ?


Huit ans et tant de chemins parcourus !


Je m'en souviens comme si c'était hier et pas une seule fois je n'aurais pu imaginer la richesse et l'intensité des expériences qui nous attendaient.


Dans quelques semaines, il fera sa rentrée dans la cour des grands du collège. Fini le cartable à roulettes et les doigts tout potelés (si si !).


Quant à sa sœur, elle poursuivra elle aussi sa route. Elle n'a certes pas choisi le chemin le plus facile ; sortir des sentiers battus n'est jamais de tout repos. Mais quelle volonté, quel courage et quelle force intérieure elle a déployés ces quatre dernières années !


En tout cas moi, je suis sacrément fière de les voir grandir et de leur lâcher la grappe. Même si je les ai évidemment toujours à l'œil... malgré ma presbytie de « vieille ».

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page