• virginiland

Changer de regard

Dernière mise à jour : 3 nov.

"Quand y'a un problème, y'a une solution !" Vous avez probablement déjà entendu cette maxime dans la bouche des irréductibles optimistes (dont j'ai tendance à faire partie du reste). Oui, sauf que :

  • lorsque la solution que l'on a trouvée ne donne pas les résultats espérés,

  • lorsque l'on s'acharne malgré tout à essayer, encore et encore, parce que l'on est convaincu que c'est la bonne option... mais qu'en réalité rien ne change,

  • lorsque le problème ne s'arrange pas et, pire ! , qu'il s'aggrave

En somme, lorsque l'on a le sentiment d'être face à un mur infranchissable et que l'on n'arrive pas à trouver la porte, alors que l'on sait qu'il en existe une,


C'est souvent le signe qu'un changement de cap et un nouveau regard sont nécessaires.


Récemment, je suis tombée, « par hasard » (je ne crois pas aux hasards, pour moi ce ne sont en fait que des rendez-vous que nous offre la vie. C'est quand même vachement plus sympa non ?) sur un article parlant de l'approche systémique et interactionnelle de Palo Alto pour résoudre les problèmes. Une approche prenant en compte le problème dans sa globalité, c'est-à-dire en considérant l'entourage de la personne concernée ainsi que son environnement. Et surtout, une approche qui nous invite à changer notre regard sur le problème et à le regarder différemment.


« La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent ». Attribué à Albert Einstein.

Si cet article m'a autant interpellée, c'est parce qu'il y était question de problèmes de sommeil. Et il se trouve que depuis quelques semaines mon sommeil est quelque peu troublé.

Je vous résume en quelques mots ? L'idée pour résoudre un problème selon la vision de Palo Alto est que l'on met finalement beaucoup d'énergie dans un but précis - bien dormir en l'occurence - et que « ce sont bien souvent les tentatives que les gens mettent en place pour essayer de résoudre leurs problèmes qui malheureusement les aggravent ».

En ce qui me concerne, je faisais tout pour passer une bonne nuit : je me couchais tôt, prenais de l'homéopathie, des tisanes (parce que c'est bien pour dormir) et évitais soigneusement les écrans (qui eux ne sont pas bien!). Chaque soir donc, je me couchais, persuadée qu'avec ma petite panoplie « Bonne nuit les petits », je dormirai, fatalement. Et chaque matin, le même constat.... bah non, toujours pas ! Je voulais tellement bien dormir que j'en arrivais à chasser le sommeil.

Alors je me suis dit « OK, alors puisque je n'arrive pas à dormir, autant en profiter pour faire ce que je n'ai pas le temps de faire lorsque je me couche tôt, qui plus est pour rien finalement ».

"Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux". Proust

C'est ce que j'ai fait, si bien que je me couchais, certes beaucoup plus tard que d'habitude, mais surtout parce que je tombais de fatigue, et non pas parce qu'il fallait que je me couche. Résultat, j'ai dormi d'une traite, six heures. Un premier pas vers mon changement de point de vue sur mon problème !

Et c'est ainsi que je me suis interrogée « Puisque ça marche pour le sommeil, est-ce qu'il n'y aurait pas quelque chose à creuser autour de l'approche de Palo Alto appliqué à la scolarité ? ». Dans le but cette fois d'accompagner ma fille dans sa difficulté à aller à l'école. Vous avez envie de savoir si ce nouveau regard a été efficace ? Alors rendez-vous dans un prochain billet...


En attendant, ouvrons les yeux, changeons notre regard, soyons originaux et créatifs, imaginons autre chose et ne restons pas enfermés dans un mode de pensée lorsque toutes les portes s'évertuent à rester désespérement fermées.


68 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout