top of page
  • virginiland

Chui trop déçue !

Toujours la même chose ! Vous rendez service, vous êtes serviable, agréable.


Vous préparez un super repas pour vos enfants, alors que vous auriez pu vous contenter de faire des pâtes. Vous organisez un week-end romantique à souhait avec votre chéri. Vous vous rendez disponible pour vos amis... Et rien ! Aucune reconnaissance ! Vraiment, tous des ingrats !


Ça, c'est ce que l'on a tendance à se dire assez souvent quand même, faut bien reconnaître, soyons honnêtes ! Ce qui a pour effet immédiat, vous ne me contredirez sans doute pas, de gâcher un peu le plaisir. Alors que c'était pourtant bien le but recherché, le plaisir partagé, n'est-ce pas ?



Car forcément, le sentiment qui découle de tout ça et arrive sans se faire prier, c'est la déception. Et elle met en général peu de temps avant de faire irruption dans nos petits cerveaux prêts à démarrer au quart de tour, pour peu qu'on leur donne le carburant pour s'emballer.

Avez-vous déjà observé un hamster ? Il a un besoin naturel de faire bouger ses pattes en permanence. D'où ce besoin tout aussi naturel qu'il a de faire tourner sa roue à une vitesse étourdissante. Et bien disons que notre cerveau, il est un peu pareil en quelque sorte. Il a ce besoin, totalement naturel, de s'agiter en permanence. Ça le rassure certainement, il se sent utile probablement.


Il croit nous protéger en nous avertissant « Tu vois, tu rends service, tu es gentil·le, agréable, et regarde ce que tu obtiens en retour ! ».

Mais en réalité, pourquoi faisons-nous toutes ces choses ? Et surtout, pour qui ?

Soyons un peu plus souvent égoïstes, pensons à nous avant de penser aux autres ! Faisons les choses parce que nous en avons envie, simplement pour le plaisir que nous éprouvons à le faire. Et n'agissons pas pour attendre quoi que ce soit en retour. Car c'est en effet le meilleur moyen d'être déçu·e... et donc d'agiter la petite roue de notre cerveau si ardent.

En n'ayant plus d'attentes, fini la déception ! Elle ne pointera plus le bout de son petit nez parfois si vicieux et n'aura plus qu'à aller voir ailleurs. Quant au hamster, il n'aura plus qu'à aller se coucher. Et nous aurons, enfin, la paix.

Croyez-moi, quel soulagement !

L'autre jour par exemple, j'aurai pu être déçue lorsque, partant à la rencontre de mon fils qui rentrait de l'école, je le vois arriver au loin, courant vers moi, un large sourire affiché sur le visage. J'aurai pu supposer qu'il était ravi que je vienne le chercher, qu'il allait se jeter dans mes bras et me faire un gros câlin, comme dans les films quoi (bon sauf que c'est mon fils, ce qui explique peut-être pourquoi je n'ai rien supposé, ni été déçue...). Bref, j'aurai néanmoins pu être déçue lorsqu'il est passé devant moi telle une flèche fonçant droit vers sa cible. Me snobant totalement, sans un regard et sans un mot. Me laissant là, plantée sur le trottoir. J'ai alors fait demi-tour, et je suis rentrée. Seule. Avec un grand sourire aux lèvres. Et j'ai obtenu l'explication quelques instants plus tard : il avait en fait une envie ultra pressante. Ce qui expliquait sa course mega effrénée... vers une autre destination que mes bras.

69 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page